On Hair and women

or how hair shapes women's identity


Décembre 2014, je marchais sur la place Victor Hugo à Paris, lorsque je vis une dame et je décidai instantanément de la suivre jusqu’à ce que je fasse mon portrait. On fit le tour de la place, elle prit une rue à droite, je remarquai un site de construction, et aussi vite que je pus, je pris ma photo avant qu’il ne fût trop tard.
Ainsi s’entama mon obsession autour des femmes et de leur chevelure.

Enfant, j’étais timide. J’avais les cheveux longs, derrière lesquels je me cachais le visage.
Adolescente, je les coupai très courts et je ne sus plus quoi en faire. Aujourd’hui je les étale; j’en suis fière.

Chacune de ces chevelures a son esprit, son identité. Elle parle de cette femme sans avoir à dévoiler son visage. Dans nos sociétés où les femmes succombent souvent à la chirurgie esthétique, je cherche à retrouver un lien commun à nous toutes, le cheveu, la coiffure, que représente t-elle aux yeux de toutes.
Cette série a débuté à Paris vu que j’y suis installée. Il y a sûrement un effet culturel et social dû à la ville même.
Les personnes photographiées n’étant pas nécessairement françaises ni parisiennes. L’anonymat au moment de la prise de vue est ultime. Il y a dans ce geste, une certaine symbiose entre mon acte et ma cible.


Mon projet n’a pas pris fin, je compte poursuivre cette étude en interviewant d’autres candidates dans leur espace intime. Le travail sera une sorte d’introspection, de compréhension de soi, une autre façon de comprendre la femme d’aujourd’hui. Tout en espérant aboutir à un livre où seront publiés histoires et portraits.